Loi Pacte : la société, technique d’organisation de l’entreprise

La loi Pacte du 22 mai 2019 a innové dans bien des domaines, particulièrement en droit des sociétés. Elle pose pour principe qu’une société doit être gérée dans son intérêt et en tenant compte des enjeux sociaux et environnementaux de son activité. La société aussi se doter d’une « raison d’être ».  Dans ce dernier cas, elle peut même se donner pour « mission » de poursuivre des objectifs sociaux et environnementaux. Bref, la notion de société se met au goût du jour !

Ce livre blanc, extrait du dossier pratique « Loi Pacte et droit des affaires » fait le point sur ces nouveaux concepts.

Téléchargez gratuitement >

Les règles du rapport et de la réduction s’appliquent-elles à l’assurance-vie ?

Le capital décès versé au bénéficiaire d’un contrat d’assurance-vie est-il soumis aux règles du rapport à la succession et à celles de la réduction pour atteinte à la réserve des héritiers ? Qu’en est-il des primes versées par le souscripteur du contrat, et que signifie la notion de « primes manifestement exagérées » visée par le Code des assurances ? Comment calculer l’éventuelle indemnité de rapport ou de réduction ?

Ce livre blanc, extrait de notre Dossier pratique « Assurance-vie et contrats de capitalisation » paru en septembre 2019, répond à ces différentes questions.

Téléchargez gratuitement >

Loi de simplification du droit des sociétés : l’essentiel

Parue cet été, la loi de simplification du droit des sociétés a été d’application immédiate, au 21 juillet dernier, pour la quasi-totalité de ses mesures (Loi 2019-744 du 19-7-2019 : JO 20 texte n° 1). Elle retouche de nombreux points, dont les droits du nu-propriétaire et de l’usufruitier de parts ou d’actions, le remplacement des gérants ou dirigeants sous tutelle ou absents, mais aussi la vente de droit commun et de fonds de commerce. D’autres mesures concernent la clause d’exclusion d’un associé de SAS, la prorogation de la durée de la société, la fusion simplifiée notamment pour les sociétés civiles, etc. Nous proposons dans ce dossier d’éclairer les principales mesures intéressant le notariat.

Téléchargez gratuitement >

Comment est calculée l’indemnité d’expropriation ?

L’article 17 de la Déclaration des droits de l’Homme proclame : « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité. ». L’expropriation permet justement à l’État, pour une  « cause d’utilité publique », de priver une personne de sa propriété immobilière, moyennant une juste et préalable indemnité. Comment est fixée cette indemnité ?  À quelle date est appréciée la valeur des biens expropriés ? Comment est évalué un terrain à bâtir ? Comment un locataire est-il indemnisé ? Un accord amiable est-il possible ?

Ce livre blanc, extrait de notre mémento Urbanisme-Construction 2019, répond à toutes ces questions et à bien d’autres encore.

Téléchargez gratuitement >

L’impôt sur la fortune immobilière

L’IFI frappe les actifs immobiliers sur leur valeur déterminée selon les règles en vigueur en matière de droits de mutation par décès (CGI art. 973 I). L’impôt s’applique à leur valeur nette (CGI art. 965), c’est-à-dire après déduction des dettes se rattachant au bien imposable (notamment celles contractées pour son acquisition et son entretien), dettes dont la loi dresse une liste limitative. Après avoir procédé à l’évaluation de leurs biens taxables, les contribuables peuvent déduire les dettes y afférentes dont le montant déductible s’apprécie au 1er janvier de l’année d’imposition. Le présent libre blanc contient l’ensemble des règles applicables en matière de déduction des dettes pour la détermination de l’assiette imposable à l’IFI.

Téléchargez gratuitement >

Le bail dérogatoire au statut des baux commerciaux

Le propriétaire de locaux commerciaux et son locataire peuvent écarter l’application du  statut des baux commerciaux en concluant un bail de courte durée,  encore dénommé « bail dérogatoire ».

Quelles  précautions les parties doivent-elles prendre pour ne pas s’engager durablement ? Qu’est-ce qui distingue le bail de courte durée de la location saisonnière ?

Quelles précautions doit prendre le bailleur à l’expiration du bail pour qu’il ne dégénère pas en bail commercial ?

Ce livre blanc, extrait de l’édition 2019-2020 du Mémento Baux commerciaux qui vient de paraître, répond à ces questions.

Téléchargez gratuitement >

La loi de réforme pour la justice-volet famille

La loi de réforme pour la justice n° 2019?222 du 23 mars 2019 est un texte de grande ampleur, riche de changements aussi bien structurels que techniques. Elle modifie en profondeur la législation civile comme la législation pénale, sans oublier la matière administrative. La pratique notariale va naturellement s’en trouver bouleversée.

Téléchargez gratuitement >

Rôles de l’avocat des parties, du notaire et du juge commis dans la réussite du partage

La fonction du partage judiciaire est de résoudre un conflit qui oppose des êtres humains, souvent depuis très longtemps, avec une combinaison d’enjeux juridique, financier et psychologique. Lorsqu’un notaire est commis, il est primordial qu’il ne conçoive pas sa mission « en solitaire » mais s’inscrive résolument dans une logique de triumvirat, sous le contrôle du juge et avec les avocats.

Téléchargez gratuitement >

L’approche économique d’un bilan

Traduire un bilan en termes d’informations financières nécessite d’avoir une approche économique du bilan. L’objectif est de connaître les éléments pratiques liés à la santé financière réelle de l’entité. Au-delà de l’apparente « bonne » activité de l’entité, c’est-à-dire son volume d’affaires, le nombre de ses clients, de ses marchés, ou de son dynamisme commercial, peut se cacher un problème structurel interne qui l’empêchera de mener les investissements nécessaires à son développement et la bloquera ainsi de manière critique. Il est donc important de considérer plusieurs approches en relation avec la dimension économique. Retrouvez dans ce livre blanc l’approche statique permettant de voir la réalité économique connue de l’entité en examinant quels éléments se cachent derrière chaque poste de bilan.

Téléchargez gratuitement >

Régime fiscal des locations meublées à usage d’habitation

Les personnes qui donnent en location des locaux meublés sont normalement imposables à raison des revenus qu’elles retirent de cette activité ; elles relèvent également, en principe, de la cotisation foncière des entreprises. Elles sont en revanche, sauf exception, exonérées de TVA.

Le régime fiscal auquel elles sont soumises comporte un certain nombre de particularités. Ce sont ces aspects spécifiques que nous examinons dans ce livre blanc à l’exception de la TVA et des autres impôts.

Téléchargez gratuitement >